Entreprise J. Belmonte et Fils Chauffage, Plomberie, Sanitaire, Couverture et Zinguerie - Toulouse et sa région

La fin des chaudières basse température

En septembre 2015, la Directive Européenne Ecoconception est entrée en vigueur.

Elle a pour but de faire disparaître les appareils de chauffage ayant un impact négatif sur l’environnement.

L’objectif est d’inciter les consommateurs à aller vers des produits plus économiques en énergie.

Les appareils n’atteignant pas les objectifs de réduction énergétique seront progressivement exclus de la vente, cela concerne les chaudières électriques, gaz et fioul.

2018

A terme, les chaudières dites “basse température” sont amenées à disparaître car elle pourront difficilement atteindre les nouvelles exigences énergétiques fixées, soit un rendement global minimum de 86% pour les chaudières.

Phase 1 – Septembre 2015

Depuis septembre 2015, les chaudières basse température dont le rendement global est inférieur à 86% ne sont plus commercialisées.

Seule exception, encore acceptée à ce jour, les chaudières basse température de type B1 (chaudière à évacuation cheminée).

L’objectif est qu’elles atteignent un rendement global minimum de 75 %.

Par exemple, sur un conduit collectif, il est conseillé de ne pas poser de chaudières à condensation.

Cette exception est valable jusqu’en 2018, sauf évolution des chaudières à bas NOx et rendement saisonnier correct.

Phase 2 – 2018

Dès 2018, une nouvelle exigence relative aux émissions NOx entrera en vigueur.

En effet, les NOx (Oxyde d’Azote) sont issus de la combustion du gaz, nocifs pour la santé, ils sont aussi synonyme de pollution (augmentation des gaz à effet de serre).

De ce fait, l’ensemble des appareils dont le taux de NOx dépasse les 56m/kWh risquent l’exclusion du marché.

Certaines chaudières basse température de type B1 ne pourront plus respecter cette mesure.

La chaudière à condensation

Les chaudières à condensation sont sur des bases de rendement global minimum saisonnier de 89 à 94 %.

Elles respectent donc l’exigence de rendement fixée par la directive ECODESIGN.

A partir de septembre 2018, ce type de chaudière deviendra une référence et sera obligatoire dans les logements français (SAUF logements équipés de conduits collectifs type shunt et VMC gaz).

L’étiquetage énergétique

Ce système permet d’informer les acheteurs sur la consommation en énergie des appareils (chaudières et chauffe-eaux) allant de A (pour les appareils les moins énergivores) à F(pour les appareils les plus énergivores).

 

L’objectif de l’ensemble de ces mesures est de contraindre les fabricants à proposer des produits plus performants et plus respectueux de l’environnement.